mercredi 12 décembre 2018

La valeur du sang

Portrait de Bellatrix et Rodolphus Lestrange
Portrait de Bellatrix et Rodolphus Lestrange © 2005 Makani

« [Mes parents] approuvaient les idées de Voldemort, ils étaient tous partisans de purifier la race des sorciers, de se débarasser de ceux qui venaient de familles moldues et de mettre les Sang-Pur au pouvoir. »
– Sirius Black (OP6)

Aperçu

Un des problèmes sous-jacents du Monde Magique est l’intolérance et les préjugés vis à vis de la « pureté » du sang d’un sorcier. La plupart des membres des anciennes familles de sang pur regardent de haut ceux qui n’ont pas le sang pur. Cette intolérance s’est répandue à travers toute la culture magique et concerne aussi les préjugés envers les « semi-humains », comme le demi-géant Hagrid et des créatures comme les centaures. Voldemort exploite ces préjugés, en tournant l’inimitié existant naturellement entre les différents groupes du Monde Magique à son avantage. La plupart des gens, comme les parents et le frère de Sirius Black, furent d’abord enclins à suivre Voldemort parce qu’il prêchait un message d’intolérance envers les personnes de sang impur.

On peut remarquer par contre que Voldemort, qui encourage la philosophie du Sang-Pur est lui-même un Sang-Mêlé (tout comme Hitler qui avait des ascendances juives et était tout sauf un Aryen). Il est possible que ses partisans ne le réalisent pas, vu que Bellatrix agit comme si Harry blasphémait lorsqu’il mentionna ce fait. Il est aussi intéressant que, selon Dumbledore, lorsque Voldemort choisit quel enfant attaquer parmi les deux qui correspondent à la prophétie, il choisit celui de Sang-Mêlé comme lui, qu’il considère comme étant le plus dangereux (OP37).

Pour comprendre l’importance de la valeur du sang, il est nécessaire de comprendre la nature des sorciers.

  • Les aptitudes magiques sont appelées « pouvoirs » magiques, et tous les sorciers et sorcières en ont à un certain niveau. Barty Croupton Sr. par exemple est décrit comme quelqu’un de très « puissant » d’un point de vue magique.
  • D’après les extrémistes Sang-Pur, comme les parents de Sirius Black, un sorcier n’est pas seulement un humain qui possède un patrimoine génétique impliquant qu’il ait des pouvoirs magiques. Pour ceux-ci, les sorciers forment une race séparée des Moldus (OP6). Mais attention ! Ce n’est pas parce que certaines familles de Sang-Pur ont une telle position qu’elle est avérée scientifiquement. De façon similaire, Scamander (AF) nous dit que certains sorciers beaucoup plus radicaux ont voulu faire classer les Moldus en tant qu’animaux et non en tant qu’êtres.
  • Les Moldus n’ont pas du tout de pouvoirs magiques, mais ceci ne les empêche pas de l’entrevoir. Cependant, si on ne les guide pas, ils passent à côté.
    • Les Moldus ne voient pas le Chaudron Baveur : leurs yeux passent d’un magasin à l’autre sans voir le pub entre les deux.
    • Les esprits des Moldus peuvent être influencés de façon à ce qu’ils voient, par exemple, un panneau indiquant « DEFENSE D’ENTRER, DANGER » et des ruines quand ils regardent Poudlard.
  • Néanmoins, si on les guide, les Moldus peuvent voir des choses magiques. Les parents d’Hermione ont vu le Chaudron Baveur, puisqu’ils sont allés sur le Chemin de Traverse, mais c’est sûrement parce qu’on leur a montré le chemin.
  • Les sorciers ont des niveaux très différents de pouvoirs magiques. Certains, comme Barty Croupton Sr., sont décrits comme très « puissants » magiquement, alors que d’autres, comme Neville Londubat, semblent avoir un pouvoir assez limité. Dans le cas de Neville, il est probable que ceci soit « soignable » avec de l’entraînement, bien que nous ne connaissions pas tous les facteurs ayant influencé ses capacités – le fait qu’il utilise la baguette de son père plutôt que la sienne, les effets de l’attaque sur ses parents, etc. McGonagall lui a dit que son seul problème est un manque de confiance en lui.

Il existe divers termes, certains plus polis que d’autres, pour désigner les gens en fonction de la « valeur » de leur sang.

Sang-Pur

[pure-blood]

C’est un sorcier ayant des ancêtres sorciers « purs », sans aucun ancêtre moldu, aussi loin qu’on puisse remonter.

Les familles de Sang-Pur sont très rares, et par conséquent toutes liées entre elles. Etant donné le faible nombre d’époux potentiels de Sang-Pur, ceux-ci se raréfient à mesure que leurs membres deviennent plus modérés et se marient avec d’autres personnes, de telle sorte que leurs descendants ne sont plus de sang pur, ou du moins ne se restreignent pas consciemment à des mariages avec des personnes issues de familles de sang pur.

Lucius et Narcissa dansant
Lucius et Narcissa dansant © 2005 Makani

Notons qu’il n’y a rien de bon ou mauvais résultant du fait d’être Sang-Pur ou pas. La seule façon de maintenir la pureté du sang et d’être, soit chanceux (tomber amoureux de quelqu’un qui est effectivement Sang-Pur) ou de maintenir délibérément des préjugés à propos de qui est acceptable. Ce dernier cas est la raison pour laquelle la plupart des familles de Sang-Pur que nous connaissons soutiennent Voldemort. Beaucoup ont délibérément choisi d’impliquer leurs descendants dans son action, jusqu’à un certain point.

Sang-Mêlé

[half-blood]

C’est un sorcier qui a au moins un parent sorcier, mais également un parent ou grand-parent moldu.

Harry Potter et Tom Jedusor (maintenant Voldemort) sont des Sang-Mêlé. Harry jouait avec les Mangemorts ce sujet au Département des mystères pour gagner du temps (et en bénéfice, rendre les Mangemorts tellement nerveux que certains d’entre eux en ont perdu leur self-control) :

– Vous saviez que lui aussi était un Sang-Mêlé, comme vous dites ? l’interrompit Harry, téméraire.
Hermione laissa échapper un gémissement à son oreille.
– Oui, la mère de Voldemort était une sorcière, mais son père un Moldu… ou peut-être vous a-t-il dit qu’il était de sang pur ? (OP35)

La plupart de sorciers est en fait dans cette catégorie. Si les sorciers ne s’étaient pas mariés à des Moldus, ils se seraient éteints il y a bien longtemps (CS7).

Sorcier d’ascendance moldue

[Muggle-born (wizard)]

C’est un sorcier né de deux parents moldus.

Beaucoup de sorciers sont nés de parents moldus. Un mot injurieux utilisé pour les désigner est Sang-de-Bourbe, mais il n’est pas utilisé en bonne compagnie (CS7).

Portrait des enfants Weasley à Noël
Portrait des enfants Weasley à Noël © Marta T.

Traître à son sang

[blood traitor]

C’est un sorcier de sang pur qui n’insiste pas sur la pureté de son sang et son maintien.

Les familles de Sang-Pur ont tendance à former un cercle fermé et à être condescendantes vis à vis des Sang-Mêlé ou des sorciers d’ascendance moldue. Un Sang-Pur qui n’est pas d’accord avec ces préjugés est appelé « traître à son sang ».

En général, le terme est utilisé (principalement par les Sang-Pur comme une insulte, mais aussi ironiquement de la part des personnes visées) pour désigner un sorcier ou une sorcière Sang-Pur qui n’adhère pas à l’extrême fanatisme de la conscience des Sang-Pur. Sirius était considéré comme traître à son sang par ses parents, et il dit à Harry, lorsqu’il regardaient l’arbre généalogique de la famille Black modifié par sa mère :

« (…) s’il y a jamais eu une famille qui soit considérée comme traître à son sang, c’est bien les Weasley. » (OP6)

Cracmol

[Squib]

Une personne sans pouvoirs magiques née de parents sorciers, un phénomène beaucoup plus rare que les sorcières et sorciers nés de parents moldus. Un Cracmol peut tout aussi bien être Sang-Pur que Sang-Mêlé.

Un Cracmol n’est pas un Moldu. Né dans une famille de sorciers, un Cracmol a tellement peu de pouvoirs magiques qu’il est en général incapable d’en faire. Néanmoins, bien qu’un Cracmol ne puisse jeter de sorts, il peut apparemment voir des êtres magiques comme les esprits, mais pas les Détraqueurs (JKR).

J. K. ROWLING à propos de la valeur du sang, les préjugés et l’intolérance

Entertainment Weekly, 9/7/2000

Un des plus grands thèmes de CF est le fanatisme. Cela a toujours été dans vos livres, avec Lord Voldemort ressemblant à Hitler, et ses supporters ayant des préjugés envers les Moldus. Dans le livre 4, Hermione essaie de libérer les elfes, qui ont servi de force pendant si longtemps qu’ils ne veulent plus rien faire d’autre. Pourquoi vouliez-vous explorer ces thèmes ?

Parce que le fanatisme est probablement la chose que je déteste le plus. Toutes les formes d’intolérance, l’idée que « tout ce qui est différent de moi est nécessairement mauvais ». J’apprécie beaucoup l’exploration de l’idée que la différence est utile. Mais il y a un autre sujet que j’aime aussi explorer : les groupes oppressés ne sont pas, de façon générale, des gens qui restent tout à fait ensemble. Non, tristement, ils ont plutôt tendance à se diviser et se battre à outrance entre eux. C’est la nature de l’homme, c’est donc ce que vous voyez ici. Ce monde de sorciers et sorcières constitue déjà un groupe vivant en ostracise, qui a formé en son sein des sous-groupes belliqueux.

Interview de Newsround

Le quatrième livre explore plusieurs thèmes dont certains ont été abordés auparavant, comme les préjugés dans CS. Nous en voyons plus, suite à l’arrivée des étudiants étrangers et des personnes ayant des parents différents. Est-ce un sujet que vous avez voulu approfondir ?

Depuis le début de ES, les préjugés constituent un thème très important. Il est normal que Harry entre dans le monde les yeux grands ouverts : tout va être merveilleux, et c’est un endroit où il n’y a pas d’injustices. Il découvre ensuite l’envers du décor, et c’est un choc pour lui. Il découvre qu’il est un Sang-Mêlé, et que pour un sorcier comme Lucius Malefoy, il ne sera jamais un vrai sorcier, parce que sa mère avait des parents moldus. C’est un thème très important.

Voldemort est aussi un Sang-Mêlé…

Comme Hitler ! Vous voyez ! Je pense que dans ce cas, c’est le plus grand tyran qui prend ses défauts et les reporte sur les autres, qu’il essaie alors de détruire. Et c’est ce qu’il [Voldemort] fait. C’était tout à fait conscient : je voulais créer un méchant pour lequel on puisse comprendre comment son esprit fonctionne, pas juste un méchant en 2-D habillé en noir, et je voulais explorer ceci et voir d’où cela vient. Harry, dans le quatrième livre, commence à comprendre ce qui fait qu’une personne tourne de cette façon. Parce qu’elle a fait les mauvais choix, et que lui [Voldemort], a fait des mauvais choix dès son plus jeune âge.

De son site officiel

Pourquoi est-ce que certaines personnes du Monde Magique (entre autres Harry) sont appelés « Sang-Mêlé », alors que leurs deux parents sont des sorciers ?

Les expressions « sang-pur », « sang-mêlé » et « Sang-de-Bourbe » ont été forgées par ceux qui accordent de l’importance à l’ascendance des gens et reflètent leurs préjugés en la matière. Aux yeux de Lucius Malefoy, par exemple, un « Sang-de-Bourbe » est aussi peu digne de considération qu’un Moldu. Ces mêmes personnes classeront par conséquent Harry comme un  » sang-mêlé », en raison de la nature de ses grands-parents maternels.

Ces considérations relatives aux ascendances peuvent paraître alambiquées, jetez un oeil aux tableaux élaborés par les Nazis pour montrer à quoi correspondait le sang « juif » ou le sang « aryen ». J’ai eu l’occasion d’en voir un au Musée de l’Holocauste de Washington alors que j’avais déjà élaboré les définitions de « sang-pur », « sang-mêlé » et « Sang-de-Bourbe », et le parallèle entre la classification nazie et la logique perverse des Mangemorts m’a à la fois fait frissonner et confortée dans mon jugement. Selon la propagande nazie, l’existence d’un seul grand-parent juif pouvait « souiller » le sang.