mardi 16 juillet 2019

Legilimancie

Rogue durant les leçons d'Occlumancie de Harry dans OP/f
Rogue durant les leçons d’Occlumancie de Harry dans OP/f © 2007 Warner Bros.

« Les pensées ne sont pas un livre qu’on ouvre et qu’on peut feuilleter tout à loisir. Elles ne sont pas gravées à l’intérieur du crâne, à la disposition du premier intrus qui passera par là. L’esprit est une chose complexe qui comporte plusieurs couches successives. […] Ceux qui maîtrisent la Legilimancie sont capables, dans certaines conditions, de plonger dans l’esprit de leurs victimes et d’interpréter correctement ce qu’ils y découvrent. »
– Severus Rogue (OP21)

Résumé

Nom original : Legilimency (de « legens », « lecteur » en latin ; et « mens », « esprit » en latin).
Opposé : l’Occlumancie.

Profil détaillé

La Legilimancie, branche de la magie qui n’est d’ordinaire pas enseignée à Poudlard (en tous cas, pas pour les B.U.S.E.) est la capacité d’extraire des émotions et des souvenirs de l’esprit d’une autre personne. Même si le mot se traduit par ‘lecture des pensées’, cette interprétation est considérée comme naïve par les pratiquants. Quelqu’un qui maîtrise la Legilimancie se nomme un Legilimens.

La Legilimancie est plus facile à pratiquer lorsque le Legilimens est physiquement proche de sa cible, et quand celle-ci n’est pas sur ses gardes, mais plutôt relaxée, c’est-à-dire vulnérable. Le contact visuel est souvent essentiel, il est donc utile pour un Legilimens de manipuler oralement sa cible pour qu’elle le regarde dans les yeux, d’autant plus que l’état émotionnel de la cible peut faire ressortir des souvenirs précis à la surface (OP24, OP26). Cela semble correspondre assez bien à la nature de la mémoire humaine telle que la perçoit la science moldue.

Remarquons que lorsque Harry souhaite éviter la discussion à propos de sa vision concernant une confrontation entre Voldemort et Rookwood, et à propos des nombreux rêves qu’il continue d’avoir sur le Département des mystères, il sait d’expérience qu’il faut éviter de regarder Rogue en face – mais Rogue le nargue juste assez pour que Harry se détourne de la contemplation des ingrédients de potions afin de le fixer. Ainsi Rogue a pu évaluer plus justement les progrès de Harry, dont il a ensuite fait le rapport à Dumbledore, comme Dumbledore le précise dans la conversation après la bataille (OP26, OP38).

Severus Rogue est à la fois Legilimens et Occlumens, et il est d’ailleurs meilleur en Occlumancie que Voldemort ne l’est en Legilimancie, c’est pourquoi il a survécu à son rôle difficile d’espion au sein des Mangemorts si longtemps.

Voldemort est un Legilimens extrêmement puissant, estime Severus Rogue (OP24), au point qu’il sait presque toujours lorsque quelqu’un lui ment. À l’inverse de Rogue, Voldemort ne prononce jamais d’incantation pour utiliser la Legilimancie si on se fie à sa première apparition dans CF et à la dernière scène de OP. Il est capable de posséder le corps de serpents tout en contrôlant son propre corps, ceci peut-être en utilisant la Legilimancie (OP21). Grâce à sa connection avec Harry, il utilisa son habileté pour déverser des images et finalement des fausses visions dans les rêves de Harry, lorsque son esprit était le plus relaxé et donc le plus vulnérable. (OP24, OP38).

Dumbledore est aussi Legilimens, se décrivant lui-même comme suffisamment doué pour savoir quand quelqu’un lui ment. Il s’y connaît également suffisamment en Occlumancie pour pouvoir l’enseigner s’il le désirait (OP38).

Restrictions

Puisqu’il a été dit que l’usage du Veritaserum est strictement contrôlé par des lois du ministère (CF27), les mêmes mesures doivent s’appliquer à la Legilimancie (et pas nécessairement pour l’Occlumancie, puisque c’est une simple mesure défensive qui affecte seulement la personne qui s’en sert).

  • L’enseignement de la Legilimancie est peut-être restreint légalement. Par exemple, un élève a peut-être besoin d’être majeur, et/ou de passer des tests de personnalités ressemblant à ceux demandés pour devenir Auror. Remarquons que personne ne suggère à Harry d’apprendre la Legilimancie à son âge, et il ne l’apprend pas dans le cadre de ses cours d’Occlumancie (comme le prouvent ses pensées lors de son B.U.S.E. d’Histoire de la Magie).
  • Tout ceci peut être vrai sans contredire le fait que Voldemort l’a peut-être apprise illégalement. Ou même légalement, car le jeune Jedusor étant très doué pour conserver une image publique respectable, il a pu étudier ouvertement cet art s’il en avait l’envie.
  • L’utilisation de la Legilimancie peut être ou ne pas être restreinte légalement.
    • Si l’on considère que le statut d’Animagus non déclaré de Rita Skeeter comme un outil très efficace pour récolter des informations, alors imaginons ce qu’elle aurait pu faire si elle avait maîtrisé la Legilimancie. Il est possible que Le ministère (gouvernement composé de bureaucrates et de politiciens) n’arrive pas à réguler l’usage de la Legilimancie ?
    • Rogue et Dumbledore ne semblent pas avoir de problèmes d’éthique à utiliser la Legilimancie pour enseigner à Harry, et ne craignent pas de s’exposer en le faisant. Ils inventent seulement une histoire pour couvrir les leçons de Harry (prendre des cours de rattrapage en Potions) et demandent sa discrétion à propos de ces cours particuliers.
    • Cependant, on sait que l’usage du Veritaserum est strictement régulé, et nous avons vu Rogue et Dumbledore l’utiliser d’un commun accord lors d’un cas extrême (CF35) apparemment sans se préoccuper d’une quelconque régulation.
  • Il existe sûrement des restrictions sur les circonstances dans lesquelles un Legilimens peut être amené à révéler quelque chose appris grâce à la Legilimancie, de même que le professionnel secret qui s’applique aux avocats, physiciens, psychiatres, et membres du clergé moldus.

Moments au cours desquels la légilimancie a peut-être été utilisée

  • « Rogue jeta à Harry un regard féroce. Harry baissa les yeux. » (ES10)
    Juste après l’incident du troll des montagnes, McGonagall venait juste de demander pourquoi les enfants n’étaient pas dans leur dortoir, et Hermione était intervenue en inventant une histoire afin de protéger les garçons. Étant donné que Harry n’a pas maintenu le contact visuel, Rogue a dû avoir quelques difficultés à se servir de la Legilimancie pour déterminer si Hermione disait vrai ou non.
  • « Rogue savait-il qu’ils étaient au courant de la Pierre Philosophale ? Harry ne voyait pas comment il aurait pu faire pour le découvrir, mais parfois, il avait l’abominable impression que Rogue lisait dans les pensées. » (ES13)
    Si seulement Harry savait.
  • « Il ment… Il ment… » (ES17)
    Voldemort parlant à Harry, après que Harry a déclaré s’être vu gagnant la Coupe des 4 Maisons dans le Miroir du Riséd, alors qu’il y avait vu la Pierre.
  • « Maintenant… Donne-moi cette Pierre qui se trouve dans ta poche. » (ES17)
    Voldemort à Harry. C’est presque certainement grâce à la Legilimancie que Voldemort connaît l’endroit exact de la Pierre, puisque Harry n’a pas pu bouger depuis qu’il est rentré en sa possession et donc n’a pas pu se trahir par un geste.
  • « Ce n’était pas la première fois que Rogue leur donnait l’impression de savoir lire dans les pensées. » (CS5)
    Rogue venait de demander « Qu’avez-vous fait de la voiture ?’, ayant attrapé Harry et Ron après leur arrivée tardive.
  • « Sous le regard inquisiteur de Dumbledore, Harry eut l’impression d’être observé aux rayons-X. » (CS9)
    Rogue venait de suggérer que Harry n’avait peut-être pas été totalement honnête à propos des raisons pour lesquelles le trio n’était pas retourné au festin d’Halloween après l’Anniversaire de Mort. (remarque correcte, même s’il n’a pas eu besoin de la Legilimancie pour le deviner).
  • « Rogue fixait Harry […] – Il sait que c’était moi, dit Harry. » (CS11)
    Après la diversion causée par Harry pour que Hermione puisse aller chercher de la peau de serpent d’arbre du Cap.
  • « Rogue, lui aussi, observait Harry d’une étrange manière. Son regard rusé et calculateur lui déplut profondément. » (CS11)
    Après la première démonstration publique de Fourchelang pour Harry.
  • « Tout lui revint en mémoire lorsque Dumbledore, installé dans son grand fauteuil directorial, le regarda de ses yeux perçants. […] Dumbledore l’observait en silence, les mains jointes en accent circonflexe.
    – Je voudrais savoir, Harry, s’il y a quelque chose qui te tracasse et dont tu voudrais me faire part. […] Harry ne savait pas quoi répondre. Il pensa au cri de Malefoy, […] il pensa à la voix désincarnée qu’il avait entendue à deux reprises […]. Il pensa aussi à ce que tout le monde disait de lui […]. Alors, Harry répondit :
    – Non, professeur, il n’y a rien. »
     (CS12)
    La scène se passe après l’agression de Nick Quasi-Sans-Tête et de Justin Finch-Fletchley. Ce n’est pas bien sorcier de se rendre compte que Harry que n’est pas sincère, mais avec un peu de Legilimancie, il se peut que Dumbledore ait constaté l’étendue de son mensonge…
  • « – Que faites-vous à vous promener si tard dans le château, Tom ?
    […] – Je suis allé voir le directeur, Monsieur, répondit Jedusor.
    – Dépêchez-vous d’aller vous coucher, dit Dumbledore en jetant à Jedusor un de ses regards pénétrants que Harry connaissait bien. »
     (CS13)
    Extrait du souvenir conservé à l’intérieur du journal, dans lequel Jedusor emmène Harry. D’après les propos du souvenir de Jedusor lui-même, « Seul Dumbledore paraissait croire que Hagrid était innocent. […] Je crois qu'[il] avait deviné quelque chose » (CS18). Deviné ou lu dans les pensées ?
    Lors de cette scène, nul doute que Dumbledore a essayé de confirmer les dires de Jedusor en pénétrant son esprit. Je me demande si, à l’époque, Jedusor avait déjà appris à maîtriser l’occlumancie. A défaut, il avait peut-être déjà des prédispositions pour cacher ses véritables intentions…
  • « Rogue fixait Harry d’un regard perçant. C’était comme s’il s’était retrouvé face à face avec un hippogriffe. Harry s’efforça de ne pas ciller. […] – Malefoy n’est pas sujet aux hallucinations. […] Si votre tête se trouvait à Pré-au-Lard, le reste de votre personne devait également y être. » (PA14)
    Rogue interroge Harry après l’incident à Pré-au-Lard que Malefoy vient juste de lui raconter. Harry essaye de paraître innocent, et regarde Rogue droit les yeux – ne sachant pas à quoi il s’expose.
  • « Harry se mordit la lèvre. Il ignorait ce qui s’était passé, mais ne voulait pas l’admettre. Et visiblement, Rogue avait deviné qu’il ne savait rien. » (PA14)
    Énervé par les insinuations de Rogue à propos de James Potter, Harry a explosé en lui révélant que Dumbledore lui avait dit que James avait sauvé la vie de Rogue. Ce dernier essaye donc de savoir ce que Harry sait de l’incident.
  • « Ou encore… un moyen d’aller à Pré-au-Lard sans passer devant les Détraqueurs ? »
    Harry cilla. Les yeux de Rogue étincelèrent.
     (PA14)
    Harry regarde Rogue dans les yeux, juste après avoir vidé ses poches, produisant la carte du Maraudeur dans son état de parchemin vierge. La réaction de Harry jusqu’alors a juste montré à quel point c’est un objet important pour lui. A partir de ce moment, cependant, Rogue essaye de forcer la carte à révéler son secret.
  • « Ne me mens pas ! Je le sais toujours lorsqu’on me ment, Queudver ! » (CF1)
    Lorsque Queudver nie regretter son retour.
  • « – Mais vous avez l’air d’avoir repris beaucoup de forces, Maître… – Menteur. » (CF1)
  • « – Je… Je pensais qu’elle pourrait vous servir, Maître… – Menteur. » (CF1)
  • « Ne mens pas à Lord Voldemort, Moldu, car il sait toujours tout… » (CF1)
    À ce moment, Voldemort n’a aucune possibilité de contact visuel, mais Bryce ne sait pas exactement à quoi s’en tenir.
  • « Ne mentez pas, siffla Rogue, ses yeux noirs, insondables, vrillant ceux de Harry. Peau de serpent d’arbre, Branchiflore. Ces deux ingrédients proviennent de mon armoire personnelle et je sais très bien qui me les a volés. » (CF27)
    Harry avait ignoré les provocations de Rogue jusqu’à ce que Rogue le force à le regarder dans les yeux. Malheureusement pour Rogue, lui et Harry ne parlaient pas de la même chose, sans s’en rendre compte. S’il avait continué à presser Harry sur ces points, toute la machination du Mangemort caché à Poudlard aurait pu être démontée à ce moment… mais la conversation n’a pas pris cette tournure.Harry croit que l’évocation de la peau de serpent d’arbre remonte à l’incident de CS11 lors de sa seconde année et ne sait rien des vols récents dans l’armoire de Rogue, donc l’utilisation de la Legilimancie sur Harry n’aurait ici rien appris de plus à Rogue. Quant à la Branchiflore, la logique veut que Rogue suspecte Harry de l’avoir pris lui-même, et pas que quelqu’un l’ait subtilisé pour lui. Même s’il a appris grâce à la Legilimancie que Dobby l’a pris pour Harry, Harry à cet instant ne pense pas à la manière dont Dobby a été mis au courant pour la Branchiflore, donc Rogue ne peut pas le savoir juste en se fiant à la réaction de Harry à cette question.