vendredi 24 mai 2019
Accueil / Le Monde magique / Créatures nommées / Citations par et à propos de Peeves

Citations par et à propos de Peeves

Citations…

Harry Potter à l’École des Sorciers

  • – Mon cher Frère, n’avons-nous pas donné à Peeves toutes les chances qu’il méritait ? répondit un autre spectre, vêtu de hauts-de-chausse et le cou entouré d’une fraise. Il nous fait une horrible réputation alors que lui-même n’est pas véritablement un fantôme. […] (ES7)
  • – C’est Peeves, murmura Percy. Un esprit frappeur. Peeves, montre-toi, dit-il en élevant la voix.
    Pour toute réponse, un bruit grossier résonna dans le couloir.
    – Tu veux que j’aille prévenir le Baron Sanglant ? menaça Percy.
    Il y eut alors un bruit sec et un petit homme au regard noir et méchant, avec une grande bouche, se dessina dans les airs. Il avait les jambes croisées et se cramponnait aux cannes.
    – Ooooooooh ! lança-t-il en accompagnant son cri d’une sorte de caquètement. Voilà les petits nouveaux ! On va bien s’amuser ! (ES7)
  • – Il faut faire attention à Peeves, dit Percy en poursuivant son chemin. Le Baron Sanglant est le seul à qui il obéisse. Même nous, les préfets, il ne nous écoute pas. […] (ES7)
  • Peeves tira la langue et disparut en laissant tomber les cannes sur la tête de Neville. Des armures cliquetèrent sur son passage. (ES7).
  • Peeves, l’esprit frappeur, bombardait les nouveaux de morceaux de craie, tirait les tapis sous leurs pieds, renversait des corbeilles à papier sur leur tête ou se glissait silencieusement derrière eux et leur attrapait le nez en hurlant: « JE T’AI EU ! » d’une voix perçante. (ES8)
  • – Alors, les petits nouveaux, on se promène dans les couloirs à minuit ? Je devrais le dire à Rusard, déclara-t-il d’une voix vertueuse. Pour votre propre bien, ajouta-t-il, les yeux brillants de malice.
    – Fiche le camp, laisse-nous passer, lança Ron en faisant un geste pour écarter Peeves.
    C’était une grave erreur.
    – ÉLÈVES HORS DU DORTOIR ! hurla aussitôt Peeves. ÉLÈVES HORS DU DORTOIR DANS LE COULOIR DES ENCHANTEMENTS ! (ES9)
  • – Où sont-ils allés, Peeves ? demandait Rusard. Vite, dis moi.
    – On dit : où sont-ils allés s’il te plaît, quand on est poli.
    – Ça suffit, Peeves, ce n’est pas le moment de faire l’idiot. Par où sont-ils partis ?
    – Je dirai quelque chose quand on me dira s’il te plaît, chantonna Peeves de son ton le plus exaspérant.
    – Bon, d’accord. S’il te plaît.
    – QUELQUE CHOSE ! Ha ! Ha ! Ha ! Je vous avais prévenu. Je dirai « quelque chose » quand on me dira s’il te plaît ! Ha ! Ha ! Ha ! (ES9)
  • Elle [McGonagall] les fit entrer dans une classe vide où Peeves était occupé à écrire des gros mots au tableau.
    – Dehors, Peeves ! aboya-t-elle.
    Peeves lança la craie dans une corbeille et fila dans le couloir en poussant des jurons. Le professeur McGonagall claqua la porte derrière lui et se planta devant les deux garçons (ES9).

Harry Potter et la Chambre des Secrets

  • – PEEVES ! s’écria Rusard en jetant sa plume dans un accès de rage. Cette fois, je t’aurai ! (CS8)
  • – Cette armoire à disparaître avait une grande valeur ! dit-il à Miss Teigne d’un air joyeux. Cette fois-ci, ma mignonne, Peeves est coincé ! (CS8)
  • – J’ai réussi à convaincre Peeves de la laisser tomber juste au-dessus du bureau de Rusard, dit Nick. J’espérais détourner son attention… (CS8)
  • – Vous voulez grignoter quelque chose ? proposa-t-il aimablement en leur tendant un bol rempli de cacahuètes pourries. (CS8)
  • – Je vous ai entendu parler de cette pauvre Mimi, dit Peeves, les yeux brillants. Vous avez été grossière avec cette malheureuse Mimi.
    Il prit une profonde inspiration et hurla :
    – MIMI ! (CS8)
  • – Miss Granger me parlait de toi, dit Peeves d’un air rusé à l’oreille de Mimi. (CS8)
  • Mimi Geignarde fut alors secouée de sanglots et se précipita hors du cachot, poursuivie par Peeves qui la bombardait de cacahuètes pourries en criant :
    – Boutonneuse ! Boutonneuse ! (CS8)
  • – Tiens, tiens, mais c’est le petit pote Potter ! s’exclama Peeves en caquetant comme un poulet. Qu’est-ce qu’il mijote, Potter ? Pourquoi rôde-t-il dans ce…
    Peeves s’interrompit au milieu d’un saut périlleux. La tête en bas, il aperçut Justin et Nick Quasi-Sans-Tête, et avant que Harry ait pu l’arrêter, il se mit à hurler :
    – ATTAQUE ! ATTAQUE ! NOUVELLE ATTAQUE ! AUCUN VIVANT, AUCUN FANTÔME N’EST À L’ABRI ! SAUVE QUI PEUT ! ATTAAAAAQUE ! (CS11)
  • Potter, voilà encore une de tes ruses,
    Décidément, tuer les élèves, ça t’amuse…
     (CS11)

Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban

  • – Lupin le turlupin zinzin ! Zinzin Lupin le turlupin… (PA7)
  • – Voici un sortilège qui peut se révéler utile, dit-il à ses élèves. Regardez bien.
    Il leva sa baguette qu’il pointa vers Peeves en lançant:
    – Waddiwasi!
    Avec la force d’une balle de fusil, la boule de chewing-gum sauta du trou de la serrure et alla s’enfoncer dans la narine gauche de Peeves qui fit volte-face et fila dans les airs en poussant des jurons. (PA7)
  • – Vous aurez de la chance si vous la trouvez ! lança une petite voix criarde.
    C’était Peeves, l’esprit frappeur, qui flottait dans les airs au-dessus de la foule et semblait enchanté, comme chaque fois qu’il était témoin d’un quelconque malheur.
    – Qu’est-ce que tu veux dire, Peeves ? interrogea Dumbledore d’une voix calme.
    Le sourire de Peeves s’effaça. Il n’osait pas se moquer de Dumbledore et s’adressa à lui d’un ton mielleux tout aussi insupportable que son caquètement habituel.
    – Elle a honte, Monsieur le Grand Directeur. Elle ne veut pas qu’on la voie. Elle est dans un état épouvantable. Je l’ai vue courir dans le paysage du troisième étage en se cachant derrière les arbres. Elle pleurait toutes les larmes de son gros corps, dit-il d’un ton joyeux. La pauvre… ajouta-t-il sans conviction.
    – Elle a dit qui avait fait ça ? demanda Dumbledore.
    – Oh, oui, Monsieur le Chef des professeurs, répondit Peeves avec l’expression de quelqu’un qui s’apprête à jeter une grosse bombe. Il est devenu fou furieux quand elle a refusé de le laisser entrer. (PA8)
  • – Peeves ! murmura Harry en saisissant le poignet d’Hermione. Vite !
    Ils s’engouffrèrent juste à temps dans une classe déserte. Peeves gambadait dans les airs en riant aux éclats.
    – Il est vraiment abominable, murmura Hermione, l’oreille collée contre la porte. Il doit être tout excité parce que les Détraqueurs s’apprêtent à en finir avec Sirius… (PA22)

Harry Potter et la Coupe de Feu

  • – PEEVES ! hurla une voix furieuse. Peeves, descends IMMÉDIATEMENT !
    […] – Peeves, descends TOUT DE SUITE ! aboya le professeur McGonagall. […] – Je ne fais rien de mal, caqueta Peeves.
    Il jeta une nouvelle bombe sur un groupe de filles qui se ruèrent en hurlant dans la Grande Salle.
    – Ils sont déjà mouillés, non ? Petits morveux ! Ha ! Ha !
    Et il lança une autre bombe sur des élèves de deuxième année qui venaient d’arriver.
    – Je vais appeler le directeur ! s’écria le professeur McGonagall. Je te préviens, Peeves !
    L’esprit frappeur lui tira la langue, jeta en l’air la dernière de ses bombes à eau et fila dans l’escalier de marbre en glapissant comme un fou. (CF12)

Harry Potter et l’Ordre du Phénix

  • – Tiens, tiens, mais c’est le petit Potter piqué, caqueta Peeves.
    Il laissa tomber les deux encriers qui s’écrasèrent en le sol en éclaboussant les murs. Harry fit un bond en arrière avec un grognement de bonne humeur.
    – Dégage, Peeves !
    – Oh, oh, maboul est bougon, dit Peeves.
    Il poursuivit Harry le long du couloir en lui jetant des regards en biais.
    – Qu’est-ce qui se passe cette fois-ci, mon petit pote Potter ? On entend des voix ? On a des visions ? On parles dans des (Peeves fit un bruit grossier avec les lèvres) drôles de langues ?
    – Je t’ai dit de me laisser TRANQUILLE ! s’écria Harry en dévalant l’escalier le plus proche.
    Mais Peeves glissa sur la rampe à côté de lui.
  • Certains croient qu’il aboie, le p’tit dingo gamin
    Et d’autres plus gentils croient qu’il a du chagrin
    Mais Peevy qui sait tout vous dit qu’il est zinzin

    – TAIS-TOI ! (OP12)
  • Fred : – Rends-lui la vie infernale à cette vieille folle, Peeves, lança-t-il. Et Peeves, que Harry n’avait encore jamais vu obéir à l’ordre d’un élève, ôta de sa tête son chapeau en forme de cloche et se mit au garde-à-vous devant Fred et Georges qui firent demi-tour […] (OP29)
  • Mais même les adeptes de la boîte à Flemme ne pouvaient rivaliser avec le maître du chaos, Peeves, qui semblait avoir pris très à coeur les dernières paroles prononcées par Fred avant son départ. Dans des caquètements démentiels, il volait à travers toute l’école en renversant les tables, surgissant des tableaux noirs, projetant à terre statues et vases. A deux reprises, il enferma Miss Teigne à l’intérieur d’une armur dont elle fut délivrée, dans un concert de miaulements, par le concierge furieux. Peeves fracassait les lanternes, éteignait les chandelles, terrorisait des élèves en jonglant au-dessus de leurs têtes avec des torches enflammées, faisait tomber par la fenêtre ou dans les feux de cheminée des liasses de parchemins soigneusement empilés. Il inonda le deuxième étage en ouvrant tous les robinets des salles de bains, jeta un sac de tarentules au milieu de la Grande Salle pendant le petit déjeuner et, dans ses moments de repos, voletait derrière Ombrage pendant des heures durant, en lançant des bruits grossiers chaque fois qu’elle essayait de parler. (OP30)
  • […] Harry vit le professeur McGonagall passer devant Peeves, occupé à détacher du plafond un lustre de cristal, et aurait juré l’avoir entendue dire du coin des lèvres à l’esprit frappeur : « Il faut le dévisser dans l’autre sens ». (OP30)
  • Hermione : […] On pourrait lui dire… je ne sais pas… que Peeves est en train de tout ravager quelque part, comme d’habitude…
    – Je m’en occupe, proposa aussitôt Ron. Je lui dirai qu’il casse tout dans le département de métamorphose ou quelque chose comme ça, c’est à des kilomètres de son bureau. D’ailleurs, quand j’y pense, je pourrais aussi bien essayer de convaincre Peeves de le faire vraiment si je le rencontre sur mon chemin. (OP32)
  • – Alors, Potter, dit-elle, vous avez installé des guetteurs, ou plutôt des guetteuses, tout autour de mon bureau et vous avez envoyé ce bouffon – elle désigna Ron d’un signe de tête et Malefoy éclata d’un rire encore plus bruyant – me raconter que l’esprit frappeur détruisait tout au département de métamorphose alors que je savais pertinemment qu’il était occupé à badigeonner d’encre les lentilles des téléscopes. (OP32)

Voir aussi