lundi 21 janvier 2019
Accueil / À propos / Essais / Professeurs et programme : voudriez-vous la même chose pour votre enfant ?

Professeurs et programme : voudriez-vous la même chose pour votre enfant ?

par Steve Vander Ark, le 26/11/2001.

L’apprentissage à Poudlard est un curieux mélange d’expériences pratiques et de connaissances. Tandis que le programme est en partie contrôlé par le ministère de la Magie (CF14), chaque instructeur est assez libre de choisir ce qu’il en enseigne et la façon dont il le fait. Pour être tout à fait franc, certains des professeurs de Poudlard sont de très mauvais enseignants et ne tiendraient jamais dans une école moldue. L’éducation dispensée aux étudiants de Poudlard est fractionnée et incomplète dans différents domaines. Les élèves étudient de façon rigoureuse et complète les potions et la métamorphose, en tenant compte à la fois de la théorie et de l’application pratique de manière très organisée. D’un autre côté, leur entraînement en défense contre les forces du Mal est quasi inexistant, avec au moins une année entière (1992-93) sans leçons pratiques excepté le premier jour (CS), et les heures passées en soin aux créatures magiques entre 1993 et 1995 ont été une pure perte de temps, à moins qu’ils n’envisagent de devenir éleveurs de Veracrasses après leurs études (PA, CF).

Le fait que les professeurs soient autorisés à être injustes et vindicatifs dans leur manière de traiter les étudiants est une autre source d’inquiétude. Il semble n’y avoir aucun recours pour un élève comme Londubat, qui est constamment rabaissé par son professeur de potions. Il doit juste supporter. Les cours à Poudlard sont également dangereux. Dans les différentes activités qui se rapportent aux cours, les élèves sont fréquemment blessés ou « endommagés » de façon parfois spectaculaires. Peut-être est-ce l’étonnante capacité de Madame Pomfresh à soigner des fractures, faire repousser des os et remettre des nez en place qui empêche ces nombreux accidents de prendre une trop grande proportion. On peut seulement imaginer la réaction des parents (surtout moldus) entendant les récits que les enfants ramènent pour les vacances…