lundi 16 septembre 2019
Accueil / À propos / Essais / Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les oeufs de grenouilles

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les oeufs de grenouilles

par le Professeur Koniphorous Swamp, le 25/06/2006.

« Un jour, elle a reçu une lettre exactement comme celle-ci et elle est partie dans… dans cette école. Quand elle revenait à la maison pour les vacances, elle avait les poches pleines de têtards et elle changeait les tasses de thé en rats d’égouts. »
– Pétunia Dursley (ES4)

(Ndt : dans la version originale de ce passage de ES4, « têtards » est en fait « oeufs de grenouille », ce qui donne tout son sens à cet essai)

Pendant les dix premières années que Harry a vécu avec les Dursley, sa tante Pétunia ne lui a jamais dit un mot des talents magiques de sa mère, sa soeur Lily. Lorsque la vérité éclate enfin à propos de ses parents, c’est la première fois que Pétunia parle de magie, et ses paroles résument ce qui était à son avis les caractéristiques les plus choquantes de sa soeur sorcière.

Quand on connaît le désir de Pétunia d’être totalement normale, cela paraît simplement naturel qu’elle ait été trouvé choquant le fait de pouvoir de changer les tasses de thé en rats. Après tout, ce genre de chose bouleverse les lois de la physique et de la biologie, et c’est franchement suffisant pour déranger quelqu’un de déterminé à avoir une vie ordinaire.

Mais pourquoi les oeufs de grenouille sont-ils mentionnés en même temps? Qu’est-ce qui perturbait tant la jeune Pétunia Evans dans le fait que Lily revienne de Poudlard avec les poches pleines d’oeufs de grenouille ? Au premier abord, rien ne paraît particulièrement alarmant dans un amas d’oeufs d’amphibiens.

Bien sûr, la simple idée d’apporter à la maison une saleté gélatineuse et gluante douée de vie a pu suffire à outrager Pétunia, surtout quand on sait qu’adulte, elle est une obsédée de la propreté. Un aquarium couvert d’algues rempli d’oeufs de grenouille, puis de têtards, et enfin de jeunes grenouilles, devait être loin sur sa liste de décors d’intérieur préférés, qui plus est si elle devait partager sa chambre avec Lily et ses grenouilles pendant tout l’été. Rien d’étonnant à ce qu’elle se plaigne d’un établissement scolaire qui exposait Lily à ça, rien que par question d’hygiène. Peut-être Pétunia aurait-elle mieux accepté que sa soeur lui apporte un bloc de savon sauteur (Ndt : à base de têtards) de chez Zonko, pour qu’elle puisse nettoyer ces oeufs régulièrement !

Une autre possibilité est que l’observation du développement des oeufs de grenouille ait été un devoir de vacances pour les élèves, ce qui aurait rendu impossible pour Pétunia d’ignorer le fait que sa soeur allait à cette – cette école. Après tout, Lily n’est pas la seule élève de Poudlard qui garde des oeufs de grenouille pendant les vacances. Ron aussi avait un aquarium rempli d’oeufs dans sa chambre quand Harry séjournait au Terrier, durant l’été suivant leur première année (CS3), bien qu’il soit difficile d’imaginer Ron s’appliquer aux devoirs de vacances.

Peut-être Pétunia a-t-elle été traumatisée durant un événement impliquant des oeufs de grenouille. On ose espérer que Lily les ramenait à la maison dans un quelconque récipient, un bocal ou un sac qui tenait dans la poche, mais il est aussi possible que l’amas d’oeufs ait été en vrac et à l’air libre. Il est facile d’imaginer une Pétunia indiscrète en train de fouiller dans les affaires de Lily sans son autorisation, essayant de trouver une preuve compromettante qui aurait montré à ses parents combien ils avaient tort d’être fiers de leur fille sorcière. Pétunia a du atteindre une poche de robe pleine à craquer et attraper une poignée de vase pour la peine. Est-ce que Lily remplissait délibérément ses poches d’oeufs de grenouille pour dissuader exactement ce genre d’intrusion dans sa vie privée ?

Peut-être la solution est-elle tout simplement que Pétunia a la phobie des amphibiens. Mais comme dans le cas des chaussettes et des montres dans le monde de Harry Potter, les oeufs de grenouille peuvent être bien plus qu’il n’y paraît à prime abord. Il peut y avoir quelque chose dans la véritable nature des oeufs de grenouille qui les rend synonymes de tout ce que Pétunia méprise de la magie.

La réponse pourrait se trouver dans la biologie de la grenouille. Les amphibiens, parmi lesquels on trouve les grenouilles et les crapauds, sont insolites en ce qu’ils sont vertébrés – des animaux pourvus de squelette – et qu’ils subissent une métamorphose. La métamorphose est le changement spectaculaire d’une forme à une autre, et les grenouilles sont le parfait exemple de cette transformation. Leur forme larvaire, le têtard, ne ressemble pas du tout à une grenouille adulte. Le têtard est un animal aquatique qui respire sous l’eau avec des branchies ; il mourrait d’asphyxie hors de l’eau car il n’a pas de poumons. Il n’a pas de pattes et nage avec une queue ailée. Il est herbivore, avec une bouche étudiée pour gratter toutes les surfaces afin d’obtenir sa nourriture végétale.

La grenouille adulte est au contraire aussi à l’aise dans l’eau qu’au-dehors, elle respire l’air par ses poumons; et bien qu’elle soit dépourvue de branchies, elle peut absorber l’oxygène de l’eau par sa peau. Elle a perdu sa queue mais quatre pattes lui ont poussé, avec des extrémités palmées à l’arrière, qui sont parfaites pour sauter et nager. Elle a même changé son régime alimentaire, devenant un carnivore doté d’une bouche dont la longue langue est idéale pour attraper les insectes.

Cet étonnant changement a dû rester à l’esprit de Pétunia, qu’elle l’ait apprit à l’époque où elle ne connaissait rien de la magie ou plus tard. La transformation des minuscules têtards innocents et inoffensifs en grenouilles qui sautent, qui gobent et qui croassent a pu symboliser pour elle les deux autres métamorphoses qui ont survenu en même temps. La première fut la transformation que Pétunia a évoqué: Lily prenait des jolies choses inoffensives et innocentes, comme les tasses de thé, et les changeait en créatures qui pouvaient mordre, en créatures qui n’étaient nullement innocentes ni jolies.

L’autre métamorphose fut beaucoup plus fondamentale. Pendant que Lily apprenait à développer ses talents magiques, elle-même s’éloignait de la jolie petite soeur innocente et inoffensive que Pétunia enviait presque certainement (et persécutait peut-être), pour se transformer en une puissante jeune femme qui avait des connaissances et des capacités bien supérieures à tout ce que Pétunia pouvait espérer, quelqu’un qui ne suscitait plus seulement l’envie, mais aussi la crainte.

Quand Pétunia est obligée de parler des aptitudes de Lily pour la première fois, elle n’arrive pas à le faire de façon directe, elle est incapable de prononcer le nom « Poudlard » ou même le mot « magie ». À la place, elle a visiblement recours à l’analogie avec ces deux autres transformations pour décrire ce qui lui est impossible à exprimer : la métamorphose de Lily, sa petite soeur, en sorcière.