Accueil / Le Monde magique / Magie et théorie magique / Forces du Mal / magie noire

Forces du Mal / magie noire

Queudver mettant en oeuvre la cérémonie de résurrection de Voldemort dans CF/f
Queudver mettant en oeuvre la cérémonie de résurrection de Voldemort dans CF/f © 2005 Warner Bros.

– Que les ossements du père, donnés en toute ignorance, fassent renaître son fils !
– Que la chair – du serviteur – donnée vo-volontairement – fasse – revivre – son maître.
– Que le s-sang de l’ennemi… pris par la force… ressuscite celui qui le combat.
– Queudver mettant en oeuvre la cérémonie de résurrection de Voldemort (CF33)

Résumé

Nom original : dark arts.

Aperçu

Ce qui différencie la magie noire des autres formes de magie est l’intention du sorcier qui l’utilise. La plupart des formes de magie sont relativement neutres, elles peuvent être utilisées pour faire le bien comme le mal. Certaines formes, cependant, sont profondément mauvaises dans leur intention. Les sortilèges de cette sorte sont souvent appelés des maléfices. On utilise souvent les maléfices pour faire du mal à une autre personne. L’intention de faire du mal place ce type de sortilèges dans la catégorie de la magie noire. Toutefois, simplement jeter un maléfice ne signifie pas forcément qu’une personne utilise la magie noire. Au final, la véritable et profonde intention de celui qui jette le sort est ce qui fait la différence.

Distinction

Dans beaucoup de cas, il est difficile de faire la distinction. Néanmoins, comprendre la différence entre des maléfices acceptables et la magie noire est d’une importance capitale pour les sorcières et sorciers en cours de formation, ce qui explique pourquoi la défense contre les forces du Mal est une classe primordiale pour les élèves de Poudlard. D’autres écoles ont la réputation d’enseigner la magie noire, et pas seulement la défense contre les forces du Mal ; Durmstrang appartient à cette catégorie.

Sortilèges de magie noire

Les sortilèges en magie noire sont appelés maléfices. Il existe des sortilèges offensifs qui fusent de la baguette comme d’un fusil ; l’énergie du sortilège endommage les choses qu’elle heurte en plus de l’effet magique à proprement parler. Les mauvais sorts sont eux des sortilèges moins puissants qui n’affectent que leur cible. Comme mentionné ci-dessus, ces sortilèges ne sont pas nécessairement de la magie noire. L’intention de celui qui jette le sort est en fait ce qui fait la différence.

La magie noire est cependant faite de plus que de maléfices. La Magie qui implique d’altérer la libre volonté d’une autre personne (par ex. le sortilège de l’Imperium), ou qui tue (par ex. Avada Kedavra) est considérée comme de la magie noire. Voldemort a passé des années à rechercher le moyen de devenir immortel grâce à la magie. Cette quête est aussi un exemple de magie noire, sans doute parce qu’elle interfère avec l’ordre naturel des choses.

Dumbledore assure qu’il « faut être un expert en magie noire » pour réussir pétrifier un être vivant, comme on l’observe dans CS9.

Voir aussi