mardi 16 janvier 2018
Accueil / À propos / Essais / Histoire du ministère de la Magie

Histoire du ministère de la Magie

par Steve Vander Ark le 01/07/2003

Le Conseil des Sorciers
Le Conseil des Sorciers était le prédécesseur du ministère de la Magie (AF). Barberus Bragge était le chef de ce Conseil en 1269 et Burdock Muldoon en fut le dirigeant durant le 14e siècle (AF, QA). Il fut suivi d’Elfrida Clagg, qui est considérée comme plus éclairée que ses prédécesseurs (AF). Clagg rendit illégale la chasse au Vivet doré, bannit son utilisation dans le Quidditch et créa une réserve pour protéger le minuscule oiseau (QA). Le Conseil des Sorciers dépensa beaucoup de temps et d’efforts pour décider qui serait autorisé à participer au gouvernement du Monde Magique. Plusieurs définitions des catégories d’Êtres et de Bêtes furent proposées. Burdock Muldoon déclara que tout ce qui marchait sur deux jambes était considéré comme un Être et convoqua tous ces Êtres à un grand conseil pour discuter des lois appliquer. Les gobelins profitèrent des lacunes de la définition pour amener au congrès toute créature marchant sur deux jambes, aussi étrange soit-elle, des Diricos au lutins en passant par les trolls. Ce désastre conduisit Muldoon à abandonner l’intégration des non-sorciers à la communauté. Elfrida Clagg, son successeur, fit une nouvelle tentative, définissant cette fois les Êtres comme n’importe quelle créature pouvant parler dans un language humain. De nouveau, cependant, cette définition causa d’énormes problèmes, puisque des créatures comme les Chartiers participèrent et mirent un énorme désordre.

Les dates du mandat de Burdock Muldoon à la tête du Conseil sont imprécises. Alors que sa Carte des Sorciers Célèbres donne les dates de 1448-1450, Les Animaux Fantastiques indique qu’il était chef au 14e et non au 15e siècle. Elfrida Clagg, d’après AF, était le successeur de Muldoon, mais sa Carte des Sorciers Célèbres déclare qu’elle fut chef du Conseil des Sorciers durant le 16e siècle.

La Confédération internationale des sorciers
La Confédération internationale des sorciers, chargée de surveiller les nombreux conseils et ministères nationaux, se réunit durant des semaines vers la fin du 16e siècle. La persécution des sorciers devenait de plus en plus féroce et il fallait faire quelque chose. La décision de couper définitivement les ponts entre le Monde Moldu et le Monde Magique fut prise. Les problèmes pratiques que cela impliquait furent nombreux. Comment cacher un dragon adulte, par exemple ? Finalement, en 1692, la Confédération fit voter le Code international du secret magique. Les ministères de chaque pays se plient maintenant à ce Code, et c’est probablement la loi la plus importante en vigueur dans le Monde Magique. La Confédération existe toujours aujourd’hui et fait appliquer le Code du secret aux pays qui font des écarts (AF). La Confédération se réunit pour la première fois en France. Le premier Manitou Suprême était Pierre Bonaccord, mais la communauté magique du Liechtenstein protesta. Bonaccord voulait donner des droits aux trolls et interdire leur traque, ce qui ne plut pas énormément aux sorciers du Liechtenstein qui rencontraient des problèmes avec des trolls des montagnes (OP31).

Le ministère de la Magie
La création du ministère de la Magie, dirigé par le ministre de la Magie, remonte à la fin des années 1600. Le ministère contribua à la prise de décision de la Confédération internationale des sorciers de créer le Code du secret et prend toujours la responshabilité aujourd’hui de l’appliquer. Par exemple, quand Harry Potter jeta un sortilège du Patronus pour faire fuir deux Détraqueurs en présence de son cousin moldu, il faillit être expulsé de Poudlard et faillit voir sa baguette brisée en deux en punition d’avoir violé le Code. Les lois contre l’usage de la magie par les sorciers de premier cycle et contre l’utilisation d’une baguette par des créatures non-humaines sont aussi appliquées par Le ministère en partie pour maintenir le secret.